Vaincre la misère est une transformation sociale et personnelle.

Intervention de Brigitte Dubé à l’occasion du  17 octobre 2018, Journée Internationale pour l’éradication de la pauvreté.

Il y a de ça trois ans, je ne savais rien sur moi, je n’avais aucune confiance en moi-même. Dans ma tête je me disais, je ne sais rien faire, je ne suis personne. J’avais de bons amis mais je ne savais pas ce que j’étais pour eux. Je ne savais même pas ce que j’étais pour moi-même. Les gens me voyaient intelligente mais à quoi pouvait me servir cette intelligence assise chez nous à rien faire ? Regarder le mur pendant l’hiver, vue mon handicap, je ne pouvais pas me déplacer.

Des fois j’allais chez Louise, une amie, puis j’ai rencontré Daniel. Daniel faisait une réunion, il m’a invitée à partager, à dire mon opinion sur un sujet. Ce soir-là on parlait sur l’amitié. J’ai trop aimé parce que cela ne s’arrêtait pas là.

On ne faisait pas juste parler, on faisait un mini sketch ou une chanson, une recette inventée, des mots qui décrivaient bien l’amitié, l’importance d’une amitié sincère. On pouvait rire sans avoir peur du ridicule.

J’ai découvert l’Université populaire, qui m’a permis de partager mes idées avec des personnes de tout le Québec et de différents milieux sociaux. J’ai été amenée à prendre la parole devant un grand groupe et à être écoutée.

Ensuite j’ai rencontré Sophie qui m’a invitée à participer à une activité manuelle. J’ai accepté mais je me disais qu’est-ce que je vais faire moi qui a “les mains pleines de pouces” !
Ben non ! j’ai fini par créer une magnifique mosaïque ! J’ai dit wow ! J’étais fière ! J’ai fait ça moi ! même les autres disaient wow…

Je me suis découverte une identité petit à petit en cheminant avec ATD Quart Monde.
Grâce à ATD j’ai pu aller au-delà de mon handicap. Le handicap, c’est la façon dont les gens nous regardent. Avec ATD les gens me regardent moi. ATD m’a fait focuser sur une vie meilleure pis j’ai pas besoin de payer pour être bien. C’est la richesse intérieure qui compte.

  • Je crois que le pire handicap qu’on peut avoir c’est de penser qu’on n’a pas besoin des autres.

Un regard, un sourire, une main, peut changer ta façon de te voir toi-même. Avec ATD, j’ai pu me reconstruire, je peux rire, je peux être moi-même. Je peux parler de moi et je me sens aimée.

Maintenant que je sais mieux qui je suis, je veux aider d’autres à reprendre confiance en eux et à oser partager leurs idées.

Avec ATD, tout le monde a le droit de prendre la parole, de dire le fond de sa pensée et ce dans le respect du non jugement. On est tous concernés de se soucier les uns des autres. Car que ce soit aujourd’hui ou demain, on ne sait jamais ce qui nous pend sous le nez. Les préjugés multiples nous rendent démunis, alors que quand on se rassemble, les solutions sont là.

Vaincre la misère est une transformation sociale et personnelle afin de faire disparaître les peurs, les exclusions. C’est de se donner la main pour bâtir à long terme un projet qui nous rend meilleur.