Université populaire Quart Monde et Premières Nations

Université populaire Quart Monde et Premières Nations

Brigitte Dubé, militante depuis quelques années, nous rappelle l’importance des Universités populaires Quart Monde : « Le pire handicap qu’on peut avoir, c’est de penser qu’on n’a pas besoin des autres. Ici j’ai pu me reconstruire, je peux rire et être moi- même. On ne choisit pas nos parents, mais on a le choix de nos amis. »

En juin dernier avait lieu une tout autre forme d’Université populaire Quart Monde sous le thème «Que savons-nous des Premières Nations ? » Pour soutenir la réflexion, nous avions invité Vicky Boldo, membre de la communauté cri et activiste de longue date. Elle a animé un ‘’exercice des couvertures’’, qui consiste à faire vivre une expérience historique et interactive sur la dépossession territoriale subie par les peuples autochtones. Une quarantaine de membres du Mouvement était présente pour cet exercice symbolique et riche en émotions. Découvrez le retour sur l’Université Populaire publié sur notre site en juin dernier.

Emma et Stacy, deux militantes américaines de New-York, en séjour à Montréal pour une formation à l’Université populaire, en sont ressorties toutes deux émues. « Vous avez touché mon cœur individuellement et collectivement. Je vais emporter avec moi, pour ma famille, et aussi dans ma paroisse, cette expérience des couvertures, car je ne connaissais rien des Premières Nations. J’ai cru que cet exercice pouvait être long et très intense, mais ça permet de découvrir à quel point cela a dû être long, pénible et souffrant pour les gens [autochtones]. C’est une invitation à rester combatif, à rester éveillé à la souffrance des autres : c’était ça, le combat de Joseph Wresinski ».

Jean Richard, allié du mouvement, nous témoigne: « Cet exercice des couvertures m’a aussi beaucoup touché : toute cette dépossession qui a permis d’accumuler de la richesse pour certains. Comme dans la pauvreté, il y a beaucoup de gens qui profitent de ces situations-là, qui accumulent de l’argent sur le dos des plus pauvres, tout comme on l’a fait sur le dos des autochtones, ou sur celui des afro-américains. Et souvent, on ne parle pas de ça. »

Pour continuer la réflexion sur les Premières Nations, nous vous invitons à découvrir l’entretien de Dominique Rankin et Marie-Josée Tardif  publié dans la Revue Quart Monde n°247 (téléchargeable ici au format Pdf). Ils donnent un récit de vie laissant deviner les violences subies, mais où prédomine la reconstruction, grâce à la transmission par les anciens de valeurs et d’un savoir-faire.

Abonnez-vous ou abonnez votre entourage !

Les numéros se détaillent à 12 $ chacun, et l’abonnement annuel est de 39 $. Possibilité de s’abonner ou de commander des numéros depuis le site de la revue Quart Monde ou en nous contactant directement à ATD Quart Monde Canada : atdcanada@atdquartmonde.ca