VIDEO | Idée fausse no1 : “les pauvres n’ont qu’à aller travailler”

Voici une minute de vidéo pour en finir avec un préjugé tenace : la première d’une série de 3 capsules qui tordent le cou aux idées fausses les plus répandues sur la pauvreté. Un outil à utiliser et diffuser très largement !


Voir nos autres vidéos contre les idées fausses…

 D’où viennent nos chiffres ?
Consultez le rapport du l’Institut de la Statistique du Québec « Les profils de revenu des personnes à faible revenu ». Dans le tableau A-1, vous trouverez les chiffres sur lesquels s’appuie notre vidéo, avec les pourcentages des personnes à faible revenu ayant reçu l’une ou l’autre des sources de revenus :

  • 35,8% des personnes à faible revenu ont des revenus liés à leur travail (salarié ou autonome), et 8,9% touchent l’assurance emploi. De là notre affirmation : « sur 10 personnes en situation de pauvreté, 4 personnes travaillent »
  • 34,8% touchent soit des revenus de la Régie des Rentes du Québec, soit le SRG (Supplément de Revenu Garanti). Ce qui signifie que sur 10 personnes en situation de pauvreté, 3,5 sont retraitées.
  • Seuls 23,5% ont des revenus d’assistance sociale. Parmi eux, les deux tiers ont une contrainte reconnue à l’emploi, soit sévère, soit temporaire (voir le Rapport statistique sur la clientèle des programmes d’assistance sociale). On peut donc diviser ce 23,5 % en deux. Près de 16 % ont une contrainte à l’emploi, et moins de 8 % sont considérées « aptes à l’emploi ». Bref, sur 10 personnes en situation de pauvreté, 1,5 vivent de l’aide sociale et ont une contrainte reconnue à l’emploi et ne sont pas en situation de travailler. Une seule vit de l’aide sociale et n’a pas de contrainte reconnue à l’emploi.
  • En additionnant 3,5 personnes retraitées et 1,5 personnes qui ont une contrainte reconnue à l’emploi, on peut considérer que sur 10 personnes en situation de pauvreté, 5 ne sont pas en situation de travailler.

Les chiffres sur la richesse créée par le travail non salarié des bénévoles, proches aidants et personnes au foyer viennent d’études sur le « travail invisible ». Consultez de l’Association féminine d’éducation et d’action sociale (Afeas) pour mieux comprendre le concept de travail invisible. Les chiffres que nous avons utilisé sont les plus bas dans l’estimation faite par cette étude, qui évalue cette création de richesse de 1/3 à la moitié du PIB.

Comment ont été réalisés nos outils contre les idées fausses sur la pauvreté ?
Plusieurs outils ont été réalisés dans le cadre de notre campagne contre les idées fausses sur la pauvreté : des fiches argumentaires, des affiches, un manuel de lutte aux préjugés, un quiz en ligne, et maintenant 3 capsules vidéo. Tous ces outils ont été conçus par un comité de travail composé de personnes en situation de pauvreté et de volontaires engagés avec le mouvement ATD Quart Monde. Tous les chiffres et arguments utilisés proviennent d’études universitaires et de statistiques gouvernementales fiables et sérieuses.

Des questions, des commentaires ?
N’hésitez pas à réagir ou nous contacter.

Remerciements…

Merci à Seluna Fernandez pour le graphisme, pour son écoute et sa patience.

Merci à Serge-Yvan Bourque de nous avoir prêté sa voix (encore une richesse du travail non salarié !)

Et merci à tous les membres du comité loi d’avoir su tricoter leurs intelligences et leurs expériences de vie pour nous offrir de si beaux outils contre les préjugés.